Mes derniers Tweets

Au crépuscule des temps ?

Dans : Moi aussi j'ai un avis... Même si on ne me l'a pas demandé !
Sur le net le 19 septembre 2013, 1 Commentaire.

Il est de ces périodes qui vous semblent définitivement désenchantées. Celles où l’espoir et le progrès ne semble plus qu’une illusion lointaine. Il suffit de regarder autour de soi. Les tensions géopolitiques se multiplient, les perspectives économiques ne semblent guère réjouissantes, les scandales alimentaires succèdent aux désastres environnementaux…
…le portrait semble finalement assez simple à dresser, et tout nous laisse entrevoir que peut être nous nous dirigeons lentement mais certainement vers la pente du déclin de notre civilisation.
Difficile d’être plus alarmiste que cela, je vous le concède volontiers, mais force est de constater que le ciel à tendance à s’obscurcir (et je ne dis pas ça parce que nous sommes à quelques jours de l’automne).
Tout est-il à jeter alors, sommes-nous condamnés ? Certainement pas !
Un futur synonyme de progrès, d’avancées, de perspectives nouvelles est-il encore accessible ? Certainement !

L’aube d’une nouvelle ère ?

J’aime particulièrement ce genre d’illustrations, ces cartes postales du début du XIXème siècle qui nous montrent comment nos aïeux imaginaient notre époque. Faite d’inventions, d’innovations, de curiosités qui nous font sourire aujourd’hui !

Chaque époque dispose de son lot de rêveries qui nous laisse imaginer un monde futuriste totalement différent, qui nous rappelle qu’enfant nous rêvions des voitures volantes. Aujourd’hui les cartes postales ont laissées place aux films de science-fiction. Ils gardent toutefois un dénominateur commun, porteur d’un message positif, le futur sera mieux que le présent, plus évolué, technologiquement plus avancée !

Et si l’on y regarde de plus près des signaux faibles nous laissent penser que nous sommes peut-être à l’aube d’une nouvelle révolution. Des innovations se multiplient dans des domaines extrêmement variés et plus seulement au sein du seul secteur des TIC. Si certaines ne sont encore qu’à l’état embryonnaire elles pourront à terme bouleverser notre quotidien !

La santé d’abord, les recherches et avancées récentes sur les cellules souches et les progrès de la médecine régénératrice ouvrent de nouveaux horizons quant aux traitements de maladies et guérison des patients. Nous pourrons certainement reconstituer des membres amputés ou mutilés suite à des accidents, remplacer des organes malades ou ne fonctionnant plus et revitaliser des cellules qui se seraient éteintes. Ne parlons pas « d’immortalité » mais ne doutons pas que ces avancées auront une corrélation et un lien de causalité avec un accroissement de « notre » espérance de vie (la nôtre ou celle de nos enfants… vous m’aurez compris).

Ajoutons à cela notre connaissance du cerveau humain qui s’affine au point que certains chercheurs ont réussi à lire des « pensées » dans un cerveau humain et d’autres à connecter 2 cerveaux entre eux de telle sorte qu’un des 2 connectés pouvait déclencher des mouvements de doigt chez l’autre !
Ne voyez pas à travers ces dernières lignes un quelconque risque ou danger mais plutôt notre capacité à mieux nous comprendre, à parfaire nos savoirs sur notre corps, à lever les dernières zones d’ombres !

Certains d’entre vous se souviennent des premiers pas de l’Homme sur la lune, d’autres n’ont pas connu cette épopée épique… Pour ma part le seul exploit « spatial » qui me vient à l’esprit et auquel j’ai pu assister reste le saut d’un homme en parachute depuis une capsule montée au sommet de l’atmosphère terrestre, le tout sponsorisé par une boisson énergétique. Pas de quoi sabrer le champagne !
Si j’ai de la chance peut-être verrai-je l’Homme poser le pied de nouveau sur la Lune et pourquoi pas sur Mars. Depuis plus de 40 ans notre conquête spatiale reste au point mort, certes des spationautes séjournent régulièrement dans une station en orbite au-dessus de la terre mais l’Homme ? L’Homme n’explore plus !
Quel que soit les motivations de l’exploration spatiale, elle témoigne de notre volonté de regarder plus loin, de nous projeter vers l’inconnu, de faire preuve d’audace, de nous ouvrir et d’avancer ! Elle ne semble pas nécessaire, mais indispensable. Après les robots et autres rover sur Mars, l’Homme n’a jamais été aussi proche d’y poser le pied et d’ores et déjà près de 200 000 personnes se dites prêtes à partir vivre sur Mars !

Ces martiens (on pourra les appeler comme ça, non ?) auront-ils à leur disposition ces voitures qui roulent toutes seules ? C’est bel et bien ce que l’on risque aura la chance de croiser sur nos routes d’ici quelques années. Différentes entreprises travaillent actuellement sur des prototypes de véhicules se déplacement de façon autonome, sans l’assistance du conducteur. Les voitures sachant réaliser des créneaux seules sont déjà commercialisées, pas encore celles sachant circuler dans le trafic. Des essais grandeurs nature ont été réalisés il y a quelques semaines, assez bluffant !

Avant l’accès à ces voitures nouvelle génération les constructeurs proposent déjà des voitures connectées, entendez par là reliées au réseau, à l’Internet. Elles viennent enrichir la liste des objets de notre quotidien qui disposent déjà de ces fonctionnalités. Outre les fonctions sociales (partage/réseaux sociaux) généralement présentes sur tous ces objets, ils disposeront de fonctionnalités qui apporteront une réelle plus-value à l’expérience utilisateur ! Le réfrigérateur connecté vous permettra de scanner vos aliments et vous suggèrera des recettes plébiscité par les internautes ou vous signalera lorsque leur date de péremption sera dépassée. La domotique vous permet depuis votre smartphone de contrôler le chauffage de votre logement, d’y ouvrir ou fermer les volets en fonction de l’ensoleillement. Des pèses personne connectées permettent de suivre l’évolution de votre poids, de votre masse grasse afin de surveiller votre santé de façon ludique et extrêmement simple. Des appareils aussi simples que des bracelets permettent de contrôler votre activité physique, votre sommeil, ce courant est appelé le Quantified-Self. Demain nous pourrons imaginer des objets capables de détecter les maladies au plus tôt, pourquoi pas des objets permettant aux familles de s’assurer que leurs ainés sont en bonne santé afin qu’ils puissent rester à leur domicile sans risque…

Ces objets, parfois insignifiants, peuvent apporter de profonds changements à notre quotidien, les lunettes sont concernées, les montres, il sera possible de consulter et naviguer seulement avec des gestes… Des changements positifs et inimaginables il y a encore quelques années ! Ils ont un point commun ils sont connectés au réseau. Le réseau, l’Internet, prend alors aux yeux des utilisateurs une autre forme, une nouvelle ergonomie, il n’est plus seulement constitués de sites et de pages mais d’applications et de flux de données, l’utilisateur ne se contente plus de consulter il crée également des données, de l’information, il ne la consulte plus seulement depuis un ordinateur mais désormais sur tout type de devices ! Ce n’est pas l’internet de demain, c’est l’internet de tout à l’heure !

Alors fermons les yeux un instant (enfin gardez les ouvert si non vous ne pourrez pas lire la fin de l’article). Nous qui avons grandi dans un monde sans ordinateur, sans internet, sans mobile, imaginons cet environnement dans lequel les nouvelles et les futurs générations grandiront. Les voitures rouleront seule, il y aura des résidents sur Mars, certainement sera-t-il possible de leur rendre visite pendant les vacances, nous pourrons contrôler notre santé au jour le jour et vivre plus sainement, la médecine interviendra de façon préventive afin d’éviter la dégénération de certaines maladies… Il ne s’agit que d’un échantillon du champ des possibles, finalement nous sommes assez proches de ce que nous retrouvons dans nos films de science-fiction. Ces évolutions sont pour demain, nous nous trouvons certainement à l’aube d’une nouvelle ère !

Pour quelle société ?

Plusieurs questions restent pourtant en suspend, notre société est-elle prête à s’épanouir dans un environnement de ce type. Si notre environnement évolue positivement, nos opinions, nos mœurs peuvent-ils en faire autant ? Sommes-nous capables d’être progressistes nous qui sommes si réfractaires au changement ? Sommes-nous capables de nous ouvrir vers les autres et d’abandonner le communautarisme et l’individualisme ? Le prisme à travers lequel nous voudrons voir ces évolutions sera déterminent.

Enfin ces évolutions pourront-elles être profitables à tous ? Une innovation qui n’est accessible à l’ensemble des individus ne peut que conduire à un accroissement des inégalités !
Chacun, citoyen, professionnel, institution, aura un rôle à jouer ! L’espoir est encore là !

On y va ou bien ?!

Dans : Moi aussi j'ai un avis... Même si on ne me l'a pas demandé !
Sur le net le 20 juillet 2012, 4 Commentaires.

J’ai acheté ce nom de domaine courant 2008, publié le premier article 1 an plus tard… nous sommes en juillet 2012 et seulement 2 articles ; une moyenne de 0,5 article/an. Respect !

Tenir un blog perso amène à se poser des questions, à priori je mets un peu de temps pour y trouver des réponses.
J’écris (ou j’écrivais) par ailleurs dans le cadre du boulot et pour Tookam, faudrait que je m’y remette d’ailleurs. L’écriture est un plaisir lorsque l’inspiration l’accompagne, mais ça peut vite devenir un calvaire lorsqu’elle s’éloigne. Il ne faut pas se forcer. Je constate que je ne me suis pas trop fait mal ces derniers temps…

Un blog est d’abord un espace d’expression, un lieu sur lequel on prend la parole, on peut y exprimer des opinions, des idées. A travers un blog on s’exprime sur une place publique, avec bien entendu peu ou prou d’auditeurs, on sort du cadre privé  [#privatejoke : Pour se faire entendre mieux vaut murmurer sur la place d’un marché que s’égosiller au milieu du désert]. S’exprimer c’est aussi prendre un risque, je ne parle pas de ceux pour qui expression est synonyme de répression, non, c’est bien plus soft et du coup cela peut sembler dérisoire… mais suffisant pour ébranler le courage d’un homme comme moi. On prend un risque celui d’être jugé.
Au final c’est bien peu de chose et personnellement j’assume, car j’aime ça (un peu masochiste le type, hé hé) !

Nous y sommes, je suis prêt à écrire mon article, à vous déverser ma prose, à vous saouler de mes mots !
Mais pourquoi faire ? Parler de quoi ?

Si je n’ai pas peur de parler, qui suis je pour le faire ? En quel honneur MOI ? Quelle légitimité ?
Je suis quelqu’un et pourtant je suis personne. Je ne suis ni notable, ni connu, encore moins reconnu… je n’ai pas de talent particulier, je touche un peu à tout mais je suis expert en rien. Qui mon avis peut-il intéresser ?
A bien y réfléchir je n’ai pas grand chose à vous rapporter, je n’ai pas envie de raconter mes aventures, elles me semblent communes  à celles de tout le monde, comprenez là pas beaucoup plus distrayantes que celles d’un Tintin lorsqu’il s’en est allé marcher sur La Lune.
Pourtant j’ai envie de m’exprimer, donner mon avis, ça, ça m’intéresse, même si cela n’intéresse personne !

Un blog, paroxysme de l’individualisme ?

Finalement un blog, c’est quoi ? Dans mon cas c’est une tribune personnelle, un lieu où mon Moi s’exprime. Plus j’y réfléchis plus je constate à quel point ma démarche est individualiste. C’est un peu un lieu sur lequel je fais mon auto-promo, du personnal branling branding.
Et puis, s’exprimer sur un sujet, donner un avis sans en être expert, c’est un peu franchouillard ça non ? Si oui ça me plait !
Dois-je pour autant m’arrêter là ?

Non, une thérapie ?

Voilà ma justification ! Un blog comme défouloir ? Mon divan de psy !
L’endroit où je pourrai retranscrire mes questions existentielles. Laisser une trace moi aussi ! Les peintures rupestres des premiers Hommes comme héritage. J’le revendique !
Peu importe si quelqu’un les/me trouve, je laisse un témoignage celui de mon existence ! Nous y sommes, ce n’est plus de l’individualisme, on touche au culte de la personne ! D’un coup je me sens comme libéré, plus épanoui, ça fait du bien.

Je crois que j’ai fait le tour, je peux me lancer et arrêter la philosophie de comptoir, l’important c’est de trouver une justification à ses actes, je l’ai ! Je me sens prêt pour écrire mon prochain article d’ici 1 à 2 ans histoire de maintenir la cadence !

On ne voyait plus rien !

Dans : J'ai testé pour vous... Et si ça vous plait pas c'est pareil !
Sur le net le 25 septembre 2009, Laisser un commentaire.

photoJ’inaugure la catégorie « retour d’expérience » avec un article sur mon aquarium.

Voilà en quelques lignes comment je me suis débarrassé de « l’eau trouble » ou « eau verte ».

Fiche d’identité de mon bac avant l’arrivé de l’eau verte:

Mon bac est de type amazonien qui a vocation à accueillir des Discus.
Bac Osaka 320L (300L utiles)
Filtre JBL e Profi 1500 (filtre 5 fois le volume du bac par heure), nouille + mousse filtrante
Chauffage RENA Smart Heater 300W : température de l’eau à 28° / 29°
CO² diffusé avec une bouteille de 2KG liée à un PH Mètre electronique : PH de l’eau à 7
Eclairage 2 tubes T5 54W : 1 Life Glo et 1 Power Glo (tubes Hagen)
Sol avec substrat nutritif et du gravier
J’utilise des tests JBL en gouttes pour contrôler les paramètres de mon eau.
Changement d’eau 10% par semaine (je mets de l’eau du robinet –paramètres très bon chez moi- que je laisse reposer au moins 48h pour laisser s’évaporer les métaux lourds)

Le calendrier :

Début mai :

Mise en eau de mon bac,
au cours des 2 premières semaines, rajout des plantes et de quelques petites souches.

3 semaines après la mise en eau :

passage de mon pic de nitrites, nickel tout se passe comme prévu, notons que je n’ai pas rajouté de bactéries dans mon filtre (je souhaite faire un bac écolo sans rajout de produits dans tous les sens!!!).
J’installe la bouteille de CO² pour faire tomber mon PH, proche de 8, vers 7 (mes KH et GH sont de 6) au bout de 2 ou 3 jours mes plantes commencent à buller. Tout se passe bien.

Sur toute cette période j’ai progressivement augmenté l’éclairage en passant de 8h à 11h par jours.

Les paramètres sont toujours bons, pas de phosphate et nitrate <0,5.

1 mois après la mise en eau :

Introduction des premiers poissons, 4 Apistogramma Cacatuoïdes, je voulais 3 femelles et 2 mâles, et je me retrouve avec 2 mâles et 2 femelles  (le vendeur de Truffaut s’est trompé, mais mea culpa je n’ai pas réussi non plus à reconnaitre le mâle en trop).
L’eau est toujours claire

1 mois et 2 semaines après la mise en eau :

L’eau prend une teinte légèrement jaunâtre, la visibilité du fond de l’aqua se détériore légèrement, ayant 2 grosses souches dans le bac je me dis que cela doit être l’origine de cette coloration (dégorgement de tanin).

Les paramètres de l’eau restent bons et stables.

Au fur et à mesure que les jours passent l’eau se trouble de plus en plus. Je ne distingue plus le bulleur de CO² au fond du bac…

Plus de doute, les symptômes sont trop équivoques, la sentence tombe, invasion d’algues unicellulaires, c’est le syndrome dit de « l’eau verte » ou « eau trouble ».

Cela fait 2 mois que le bac est en eau.

Je commence alors à fouiller sur le net, pour trouver une solution et surtout identifier la  cause du problème.

D’entré je décide que je n’utiliserai pas de produits chimiques pour en venir à bout (pas d’aqua-clear ou autres) et je n’utiliserai une lampe UV qu’en dernier recours si je vois que mes poissons commencent à avoir des problèmes !

Les réponses trouvées sur le net sont tellement variées qu’au final difficile de les corréler avec ma situation.

Les paramètres de mon eau sont toujours stables et le resteront tout au long de cet épisode (phosphates et nitrates ne sont pas en cause).

Mon plan d’action :

Je décide d’augmenter le volume du changement d’eau ce sera désormais 20% par semaine.
Et je baisse le nombre d’heure d’éclairage retour à 8h. Cela n’a aucun effet.

Mon bac est dans une pièce de vie assez éclairée, exposée ouest, le soleil tape légèrement sur le bac en fin de journée (uniquement en été au mois de juin).
J’ai baissé le store de la vitre qui éclairait le bac, le soleil ne tape plus sur le bac en fin de journée. Mais cela n’a aucun effet.

Mes paramètres étant bon je ne peux pas les incriminer la cause de mes soucis est donc ailleurs.

1er Blackout :

Cela fait plus de 2 semaines que l’eau est bien troublée et malgré un changement de 20% de l’eau la visibilité ne doit pas dépasser les 20cm depuis la vitre. Je décide de laisser le bac dans le noir 3 jours consécutifs en « espérant » qu’il ne s’agit que d’un épisode ponctuel résultant de la jeunesse du bac…

Résultat : l’eau est plus claire, mais seulement pour quelques jours. Donc ce n’est pas ponctuel.

A noter que mes poissons se portent très bien, un couple d’Apisto a pondu et des alevins sont nés.

2ème Blackout + introduction de ouate dans le filtre :

Je me dis qu’avec une filtration plus dense les algues seront peut être retenues dans le filtre. J’installe donc de la ouate après les  nouilles du fond du filtre. Je décide également de renouveler l’expérience du blackout. La combinaison ouate + blackout sera peut être efficace.

Résultat : Une nouvelle fois l’eau s’éclaircit, mais par rapport au précédent blackout je ne saurais pas dire si la ouate a eu un quelconque effet (elle restera dans le filtre, je la nettoierai une fois par semaine).
Cette fois ci mes plantes commencent à faiblir, des feuilles jaunes apparaissent à cause du manque de lumière… va falloir se calmer sur les blackouts !

Les poissons se portant bien je décide d’introduire 6 Corydoras Sterbai (un décède au bout d’une semaine).

Je commence à regarder sur le net le coût d’achat d’une lampe UV.

Changement des tubes :

En achetant le bac j’avais pris 2 tubes qui me permettaient d’avoir un rapport lumens/litres correct. Néanmoins le Power Glo a un spectre lumineux tirant vers le Bleu (plutôt adapté aux bacs d’eau de mer)… mais qui permettait à mes plantes de bien pousser et n’étant pas en sur-éclairage je ne pensais pas que cela pouvait être source de problème.
J’ai trouvé sur un forum, je n’ai plus le lien en tête, un post dans lequel une personne s’insurgeait que l’on trouve des tubes Power Glo dans des bacs d’eau douce, que le spectre lumineux n’était pas du tout adapté…
De me dire donc de changer mes tubes pour des « plus adaptés », je prends un Osram lumilux et un JBL Solar tropic… le ratio lumens/litres n’est plus suffisant mais on va bien voir ce que cela donne… le spectre lumineux tire désormais dans le rouge.

Résultat : les effets ne se sont pas fait sentir de suite. La règle en aquariophilie étant la patience je me dis attendons.
Au bout de 10 à 14 jours l’eau commence à s’éclaircir légèrement… serions nous sur la bonne voie ?
Je pars en vacances 15 jours et laisse l’entretien du bac à la charge de mon padre et de mon frère…à mon retour surprise, je revois le fond du bac, l’eau est devenue limpide !!! je redécouvre mon aquarium !

Mon problème d’eau verte a disparu !
Je pense que mon problème provenait de mon éclairage.

Après plus de 2 mois d’essais et de patience j’ai résolu mon problème…
Aujourd’hui mon bac se porte très bien, cela fait 5 mois que je l’ai mis en eau. La population est la même 4 Apisto et 5 Corydoras. J’attends encore un peu avant d’introduire les Discus (déménagement de prévu dans pas longtemps… donc on va attendre).

Voilà mon témoignage, si vous êtes dans mon cas surtout armez vous de patience !

Quelques liens pour vous aider :

Tags: , ,

C’est parti mon KiKi !

Dans : Moi aussi j'ai un avis... Même si on ne me l'a pas demandé !
Sur le net le 20 septembre 2009, Laisser un commentaire.

Under ConstructionAu bout d’un an j’écris mon premier article !!!! Waaahouuuu

Un article par an, je pense que c’est un bon rythme… mouai je vais quand même essayer de faire mieux.

Bon alors, de quoi allons nous parler ?

De tout et de rien vous vous en doutez, en tout cas cela sera toujours sans prétention, même quand je donnerai mon avis même si je pense que celui ci ne fera pas avancer grand chose !

Je tiens à préciser que le site est toujours « under construction » donc pas de panique !

Je viens de passer une après midi à batailler sur le thème pour que vous puissiez trouver sur votre droite quelques petites astuces pour que l’on « Keep in touch ».

Je vous donne rendez vous très vite ici même.

@+

Tags: , ,